L'école du chiot de Joseph Ortéga

>> Vous êtes ici : Vie de chien >> Ecole du chiot - Joseph Ortéga

 

 

 

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

 

En créant l’Ecole du chiot, Joseph Ortéga a voulu donner au chiot toutes les chances pour qu’il devienne un chien équilibré prêt à vivre à nos côtés.

 

Communiquer avec un chien n’est pas si évident que cela.

 

Avec la place qu’il a aujourd’hui dans notre vie, il peut s’installer, et ceci bien souvent à notre insu, un climat d’incompréhension difficile à vivre pour le chien mais aussi pour son maître.

 

Le but de l’école du chiot est donc, d’apprendre au maître et au chiot à vivre ensemble.

 

livres sur le chiot Voici des livres consacré au chiot indispensables pour tout nouveau maître de chiot : Tous les livres consacrés au chiot - Livraison GRATUITE

 

telechargement gratuit education chiot Téléchargez notre Ebook gratuit : Le chiot conseils et astuces

 

L’éducation précoce à l’Ecole des chiots © Joseph Ortéga -

Article rédigé par Joseph Ortéga Spécialiste de l’Ethologie de terrain, Juge International, Fondateur de la Société d'Ethologie Animale en 1990, Fondateur d'Animonde >> Site Internet

 

Voir les commentaires sur cet article


joseph ortéga a crée l'ecole du chiot

L'école du chiot

 

Elle correspond à la maternelle chez les enfants.

 

Grâce à une éducation précoce axée sur le jeu, tous les chiots apprennent à s’intégrer dans la société humaine et leurs maîtres s’exercent à les comprendre et à les diriger.

 

Des concepts qui révolutionnent totalement la pédagogie canine car ce n’est plus l’homme qui oblige l’animal à se mettre à son niveau, c’est lui qui se met au niveau de celui-ci.

 

L’Ecole a pour but d’éveiller le chiot, de lui ouvrir l’esprit, de lui apprendre à supporter le stress qu’il rencontrera dans son existence au milieu des humains, de répondre correctement à quelques ordres simples en s’amusant avec son maître.

 

Imaginez un enfant qui n’irait en classe qu’à l’âge de 18 ou 20 ans, n’ayant jamais appris à lire ou à écrire…


C’est exactement ce qui se passe avec les chiens que les Clubs d’éducation n’acceptaient, dans leur grande majorité qu’à l’âge de 1 an ou rarement de 6 mois. J’ai créé ce concept qui est maintenant en fonction dans plusieurs pays.

 

Le rôle des Clubs d’éducation canine sous le contrôle de la Société Centrale Canine est de donner au chiot un départ dans la vie correct et des informations au maître, pour pouvoir le comprendre et le diriger.

 

Nous savons que plus de 99% des chiens sont voués au rôle de chiens de compagnie adaptés à la ville.

 

Pourquoi l’éducation si jeune ?

La période la plus importante, pour la mémorisation des bases d’apprentissage et pour la constitution d’un « tempérament » est comprise d’une manière générale, entre 3 semaines et 6 mois.

 

Le maître qui prend un chiot devient pour lui, à la fois sa mère, son père, son chef de meute, et son clan.

 

Le chien comme tous les mammifères élevés par un groupe, va apprendre comment vivre dans un biotope et comment correspondre avec les membres du groupe ou ceux d’autres groupes.

 

Certains diront que le chiot veut naturellement faire plaisir à son maître, en fait il est comme le petit enfant qui teste son environnement, le maître est là pour encourager ou rectifier tel ou tel comportement.

 

On peut en faire un futur chien bien éduqué, sociable et affectueux, discret si nécessaire. On peut également le transformer en monstre : destructeur, aboyeur, mordeur, asocial, etc...

 

 

 

 

Que peut apporter l’école du chiot au maître ?

Le grand problème de cohabitation entre le chiot et son maître néophyte se situe surtout au niveau de la communication, à l’école celui-ci va apprendre quelle est la relation homme-chien la plus efficace, comment communiquer avec lui, la place du chiot dans la maison, comment améliorer son comportement social, qu’est-ce qu’une hiérarchie saine pour se faire respecter sans brutalité, l’éducation de base sans contrainte selon la Méthode Naturelle, les soins de base et le toilettage pour une bonne santé du chiot, le geste citoyen en ville pour ne pas que le chiot soit une gêne pour les passants et ne souille pas les trottoirs, comment réagir lors des comportement inadaptés, le contrôle du chien en toute circonstances…

 

Les tranches d’âge

Nous ne parlons pas de races car elles sont toutes sur un pied d’égalité à cet âge là, néanmoins il est souhaitable de diviser les chiots en deux catégories d’âge pour éviter les bousculades trop viriles.
On divisera donc :

  1. 1ère classe : jusqu’à 4 mois
  2. 2e classe : de 4 mois à 6 mois

 

 

Les exercices qui seront pratiqués
Comme il s’agit de bien préparer le chiot à vivre avec son maître et dans son environnement, on retiendra essentiellement quelques exercices :

 

 La sociabilité 

 

  1. En jouant en liberté les chiots continuent à travailler leur langage canin, qu’ils avaient commencé à apprendre avec leur mère, leurs frères et leurs sœurs. Ils continuent ainsi leur imprégnation à l’espèce.
  2. La sociabilité aux étrangers est encore plus importante et il est intéressant d’introduire parmi les chiots, des catégories d’humains différentes : Adultes (hommes et femmes), enfants adolescents, enfants en bas âge (attention aux excès de zèle avec griffes et léchages).
  3. On peut également s’amuser à déguiser certains d’entre eux avec uniforme, casque, blouse, masque de carnaval, etc. En aucun cas le futur chien ne doit craindre tel ou tel humain.

 

 

 

 La hiérarchisation

Elle va consister à préparer le chiot à considérer son maître comme un chef de meute et non comme un égal. Il suffit de se livrer à ces quelques exercices en douceur pour régler le problème une bonne fois pour toute.

Elle va consister à préparer le chiot à considérer son maître comme un chef de meute et non comme un égal. Il suffit de se livrer à ces quelques exercices en douceur pour régler le problème une bonne fois pour toute.

 

Les manipulations douces
Elles contribuent à la hiérarchisation et à la socialisation. Elles préparent les chiens à supporter les contacts et les manipulations sans rechigner, de la part : d’un vétérinaire (plus besoin de muselière), d’un juge d’exposition ou de travail, d’une toiletteuse, d’un enfant dans la rue, etc. on prendra les chiots un par un pour éviter les distractions. On le soulève dans les bras. On le passe à un autre maître qui le passe au suivant.
On examine les dents, les oreilles, on soulève la queue comme pour prendre la température.

On le place sur la table pour le manipuler, pour le brosser.

 

La gamelle    

Un chiot de caractère aura tendance à réagir comme il le faisait avec ses frères et sœurs, en interdisant l’approche à quiconque, humain, ou animal, lorsqu’il mange. On dépose quelques croquettes ou la nourriture habituelle que le maître aura soin d’apporter dans la gamelle. On laisse le chiot entamer son repas et on demande au maître de mettre les mains à l’intérieur. S’il grogne ou tente de mordre, le maître doit le saisir par la peau du cou avec un « non » énergique, avec fermeté mais sans brutalité. C’est un des moyens assez simples pour s’assurer rapidement et définitivement d’avoir un chien hiérarchisé durant toute sa vie (expérience qui a fait ses preuves sur des centaines de chiens).

 

Maintenir sur le dos
Les chiots à tendances agressives doivent être retournés sur le dos et maintenus ainsi quelques secondes, acceptant même que le maître les chevauche.

 

La résistance au stress

Le chiot doit faire des acquisitions importantes en ce qui concerne « l’homéostasie sensorielle », c’est-à-dire l’équilibre entre le milieu et lui-même. Il doit pouvoir résister aux stimulations du milieu humain avec ses odeurs, ses bruits de la ville, ses mouvements, ses sols différents…

 

Cet apprentissage doit être réalisé le plus tôt possible, avant l’âge de 3 mois il doit avoir été confronté au niveau de stimulations qu’il aura à l’âge adulte, sinon il ne les supportera pas plus tard.

 

Je me suis servi pour l’école du chiot de mon expérience pour la formation des futurs chiens-guides d’aveugles, chiens pour handicapés ou chiens de catastrophe.


On prévoit des stimulations visuelles comme le couloir où ils doivent passer d’où pendent des banderoles, des tuyaux de mousse, des bouteilles de plastique, etc.


Des stimulations acoustiques avec des bruits divers et des CD de sons.


Des stimulations tactiles comme des sols différents, des obstacles mouvants où ils peuvent se déplacer.

 

Des stimulations olfactives constituées par des boites à odeurs qui contiennent des os, du poisson, des herbes, etc. Ils peuvent être attirés par elles mais ne peuvent y accéder, par contre ils peuvent avoir la friandise minuscule que tient son maître, ce qui engendre une banalisation des odeurs attirantes. Plus tard cela sera utile pour ne pas qu’il recherche les senteurs fortes (crotte de renard, par exemple), lors des promenades en forêt.  

 

L’Obéissance
En aucun cas elle ne doit être contraignante, on doit surtout se baser sur le jeu et le plaisir qu’il ressent à l’exécution. Un chien joueur c’est une véritable mine d’or pour le maître qui veut inculquer une éducation, à condition de procéder avec méthode. C’est de la distraction organisée : la balle de jeu, le jouet ou la friandise sont un aimant puissant qui sert à orienter correctement les comportements, selon les grands principes de ma Méthode Naturelle.

 

Le rappel
Il faudra faire des progressions avec des difficultés qui vont grandissantes, par exemple :

  1. le chiot est tenu par le moniteur, le maître l’appelle à vue en montrant ce qu’il a dans la main.
  2. Le chiot est tenu pas le moniteur, le maître l’appelle en courant, et en montrant ce qu’il a dans la main.
  3. Le chiot est tenu, le maître l’appelle et disparaît à sa vue (cachette)

Dans cet exercice il faut varier les situations et on peut demander au maître de se coucher au sol, d’être assis sur une chaise. A chaque arrivée, bien entendu, le chiot reçoit la friandise ou l’objet de jeu ainsi que les félicitations de son maître.

 

La marche au pied 
On n’utilise pas de laisse, elle est superflue puisque le maître tient dans sa main de quoi attirer son élève. Au début il récompense souvent, tous les quelques pas, puis de moins en moins. Par la suite, on passe à la marche au pied avec des distractions.

 

Les positions

On lui apprendra les positions, Assis, Couché, Debout, à l’ordre, en s’aidant de l’objet de jeu ou de la friandise qu’on tient dans la main. En l’air pour le assis, vers le sol pour le couché, sur le côté pour le debout.
Ainsi les signaux qu’il retiendra seront aussi bien acoustiques que visuels, ce qui permettra plus tard de le commander à distance.
Les positions seront exécutées à l’arrêt, le maître devant, le chiot à son côté, mais également en mouvement pendant la marche ou sur la table, ceci avec ou sans distraction.

 

La ville

N’oublions pas qu’il s’agit de préparer des chiens bien éduqués pour la ville, hors beaucoup de maîtres négligent ce point important. Les moniteurs du club auront donc à cœur d’organiser de temps en temps des sorties en petit groupe en ville (cette fois les chiots seront tenus en laisse souple), les maîtres étant munis de leur jouet ou de la friandise pour apprendre à dévier l’attention en cas de stress, ou bien de pouvoir se faire obéir malgré les distractions.

 

Un chiot qui a eu la possibilité de fréquenter l’Ecole du chiot, équivalent de notre maternelle, a toutes les chances d’intégrer la vie de ses maîtres et celle de notre société dans les meilleures conditions. C’est la meilleure prévention contre les mauvais comportements !

 

Livre « l’école du chiot et la Méthode Naturelle © » de Joseph ORTEGA, l’inventeur de l’école du chiot. Site : http://ecole.du.chiot.free.fr

 

© Joseph Ortéga - L'école du chiot

Partager cette page sur FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio

 

 

 

Haut de page haut de page