La relation de l'homme à l'animal

>> Vous êtes ici : Vie de chien >> La communication non-verbale chez le chien

 

 

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

 

La communication non-verbale du chien (postures, mimiques etc…) est un mode de communication assez fascinant à observer et analyser.

 

Christian Salin Etho-Psycho Comportementaliste®, analyse ici ce mode de communication chez le chien mais également chez l’homme.

 

Vous apprendrez ainsi que les chiens ne sont pas les seuls à communiquer avec les gestes ou les expressions.

 

 

 

livres sur la communication du chien Voici des livres spécifiques à la communication du chien et plébiscités par les maîtres de chiens : Comment parler chien - Parlez-vous chien ? : La clé de la communication entre l'homme et le chien - Communiquer avec son chien - Livraison GRATUITE

 

Partager cette page sur FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio


 

La communication non-verbale -


Article rédigé par
Christian Salin Etho-Psycho Comportementaliste® - Spécialiste de la Relation de l’Homme à l’Animal et des Conduites Anthropomorphiques >> Site Internet

 

plus Lire aussi >> la communication interspécifique

 

Voir les commentaires sur cet article


comportementaliste en région bourgogne

 

Les chiens vivent en groupe social. Ils ont élaboré un système de communication fascinant.

 

Ils utilisent tous les moyens connus (postures, mimiques, vocalisations, contacts,  chimiques), à l’exception bien sûr du langage articulé qui est réservé à l’être humain.

 

Ces remarquables capacités autorisent le chien à moduler très finement la nature des informations transmises.

 

La communication est un facteur de la relation entre individus. Elle joue un rôle important au sein de la vie sociale d’un groupe. Elle influence la relation intra et interspécifique. Une bonne communication (écoute, échange, partage) aboutit à de la compréhension, du respect, de la tolérance entre individus de différentes espèces. La communication est le moyen qui nous permet de communiquer. Ces moyens (vocaux, gestuels, mimiques, chimiques) sont des comportements. Ils sont  destinés à transmettre de l’information à autrui.

 

Chez l’être humain, le contexte culturel a une influence déterminante dans le développement du langage verbal, para verbal et non verbal. Chez l’homme, la communication non verbale existe. On retrouve une codification (posture, mimique) comme chez les animaux. Les éléments essentiels sont l’apparence physique, le geste et l’expression du visage.

Chez l’être humain, l’apparence physique d’une personne transmet des signaux par l’habillement, ou par la parure par exemple.

 

L’apparence physique d’une personne donne volontairement ou involontairement des indications d’elle-même, qui peuvent être authentiques ou trompeuses.

 

La gestuelle est l’attitude corporelle de l’homme. Elle est très significative de son humeur, de son intention du moment. La position des mains sur les hanches ou bras écartés du corps sont des postures de dominance/subordination.

 

Les changements de positions : on se penche en avant vers quelqu’un que l’on apprécie. On se décale d’une personne que l’on n’apprécie pas. La poignée de main de l’homme politique, doigt levé du professeur, expriment ce qu’ils entendent communiquer. Par les gestes, nous pouvons exprimer notre doute, notre approbation, notre indifférence, notre enthousiasme, notre désir…                                                                                                                                                           
Les mimiques faciales ont pour fonction de stimuler les individus qui interagissent. Le haussement des sourcils est une forme de salutation par exemple. Le hochement de tête par exemple implique l’accord ou le désaccord. L’expression du visage indique l’intention du partenaire : si une information est sérieuse, plaisante, ironique.

 

L’absence de poils sur des parties du visage humain attire l’attention sur les traits principaux de la communication. Une personne peut faire connaître ses ressentis, ses émotions, ses sentiments de supériorité, de désapprobation, de tristesse, de colère, de peur, de désir sexuel… sans l’exprimer par des mots.

 

Quand l’homme séduit une femme, la façon de la regarder, de se tourner vers elle et de s’en approcher,  peut suffire largement à communiquer son attirance.

 

Les gestes et les mimiques faciales permettent de gérer une situation sociale immédiate. Ils prennent une signification qui permet de multiples échanges avec autrui. Ils expriment l’état émotionnel. La communication non-verbale est importante. Elle représente 85% de la communication chez l’homme !

 

Chez le chien, la posture est une attitude particulière qui implique plusieurs parties du corps de l’animal. Les régions corporelles sont essentielles dans l’organisation de la communication.

 

La posture d’appel au jeu est très connue. Le chien se présente avec l’avant du corps abaissé vers le sol. La croupe de l’animal est bien dressée. Le fouet est haut et animé d’un mouvement.

 

Les postures de dominance sont très souvent observées par les maîtres. Le chien dominant peut adopter une attitude très raide, membres droits, oreilles et queue dressées, poil hérissé.


La posture commune de dominance consiste à chevaucher un congénère, souvent de même sexe. Le chien qui accepte ce contact, communique sa soumission.


La posture de soumission est associée à la présentation abdominale, couché sur le dos, queue ramenée sur le ventre, oreilles plaquées sur l’arrière de la tête. Un regard fuyant suffit simplement à identifier une posture de soumission.


Pour devenir signifiante, la posture doit être associée à d’autres signaux, vocaux, chimiques… Le rituel de communication inclus également les réponses de l’autre congénère. Ce rituel compose un échange précis de postures qui prend alors tous son sens.

 

Les mimiques associent des mouvements de nature volontaire et des signaux involontaires qui traduisent un état de tension émotionnelle. Les mouvements des babines, des oreilles et des paupières, de nature volontaire, résultent des apprentissages qui ont eu lieu pendant la période de socialisation. Le plissement de la face exprime l’agressivité : les commissures des lèvres se relèvent, les oreilles se dressent, le chien hérisse ses poils sur le dos. Dans ces conditions le chien se sent menacé, il peut passer à l’acte (agression). Quand le chien a peur, les commissures des lèvres sont tirées en arrière et les oreilles sont couchées.

 


© Christian SALIN - Illustration « Encyclopédie du chien » page 73

 

Le chien organise la communication tactile autour de deux règles : stimuler la zone cutanée adéquate, savoir moduler l’intensité, la durée et la fréquence de cette stimulation.

La tête et l’encolure sont essentielles dans la mise en place de la hiérarchie dominant /subordonné. Le chien qui veut dominer assure la prise de peau de son adversaire. Il  tire et comprime la peau de son congénère entre ses dents, jusqu'à perception du relâchement musculaire de celui-ci.                                                                                                                                           
Le thorax est stimulé par pression de la tête, de l’épaule ou du thorax du congénère. Les pressions sont maintenues jusqu’au déclenchement d’un jeu, d’une soumission, ou d’une manifestation de dominance. C’est une posture ambivalente. Elle prend du sens associée à d’autres éléments.                                                                                                                                        
Les autres régions sont stimulées par léchage et coups de truffe. Le chien qui initie le contact stimule son congénère jusqu'à l’obtention de la réponse désirée. Ces régions tactiles peuvent être sollicitées par les subordonnés afin d’apaiser le leader, ou pendant les comportements de cour par exemple.

Chez le chien, la communication est donc très codifiée et ritualisée. Les postures, les mimiques et les contacts ont une seule signification. Le congénère comprend donc le message.

Pour être considérée comme une communication, l’information donnée par le chien doit influencer le comportement d’un autre sujet.

 

 

Christian SALIN, Etho-Psycho Comportementaliste®
Spécialiste de la Relation de l’Homme à l’Animal et des Conduites Anthropomorphiques - Maître-Praticien en PNL >> Site Internet

 

 

plus Lire aussi >> la communication interspécifique

 

 

Haut de page haut de page