La communication chez le chien

>> Vous êtes ici : Vie de chien >> La communication du chien : l'aboiement

 

 

 

rss Les dernières news Entre Chien et Nous - Flux rss

 

L’aboiement est un des modes de communication du chien.

 

De même que notre voix traduit nos émotions, les différentes vocalises du chien veulent chacune signifier quelque chose de différent.

 

Il est important de le savoir afin de ne pas forcément répondre à  toutes les initiatives de contact du chien au risque de lui faire croire qu’il peut prendre dans la hiérarchie une place qui n’est pas la sienne.

 

 

 

livres sur la communication du chien Voici des livres spécifiques à la communication du chien et plébiscités par les maîtres de chiens : Comment parler chien - Parlez-vous chien ? : La clé de la communication entre l'homme et le chien - Communiquer avec son chien - Livraison GRATUITE

 

Partager cette page sur FaceBook Twitter Viadeo MySpace! Wikio


 

La communication -


Article rédigé par
Christian Salin Etho-Psycho Comportementaliste® - Spécialiste de la Relation de l’Homme à l’Animal et des Conduites Anthropomorphiques >> Site Internet

 

Voir les commentaires sur cet article


comportementaliste en région bourgogne

 

La communication est un facteur de la relation entre individus.

 

Elle joue un rôle important au sein de la vie sociale d’un groupe. Elle influence la relation intra et interspécifique.

Une bonne communication (écoute, échange, partage) aboutit à de la compréhension, du respect, de la tolérance entre individus de différentes espèces.

 

La communication est destinée à transmettre de l’information à autrui.

Les chiens vivent en groupe social. Ils disposent d’un système de communication fascinant. Ils utilisent tous les moyens connus ( les postures, les mimiques, le tactile, le chimique, les vocalisations …), à l’exception bien sûr du langage articulé qui est réservé à l’être humain. Cette remarquable capacité permet au chien de moduler très finement la nature des informations transmises.

 

L’aboiement, les hurlements figurent parmi les nuisances recensées de notre société. C’est pourquoi, nous allons développer « L’ABOIEMENT ».

 

L'aboiement vecteur de la communication

 

Le répertoire acoustique : Le répertoire acoustique (les vocalisations)  des chiens est très évolué. Les vocalisations permettent une communication élaborée intra et interspécifique.

 

Les aboiements sont facilement différenciables à l’oreille. Nous pouvons identifier un « aboiement d’appel au jeu » émis en même temps que la posture.

 

Les « aboiements d’alerte » qui font suite à la perception d’un bruit ou d’un mouvement en limite de territoire.

 

Les « aboiements territoriaux » sont brefs, profonds, qui font suite à une violation de territoire d’un individu (chien, chat, humain…).

 

Le hurlement a une fonction de communication entre deux sujets ou de groupes d’individus  éloignés. Les « gémissements » et les « couinements » sont très souvent associés à la douleur, à la peur ou à la détresse. Ils accompagnent également certaines phases de jeu ou les rituels de soumission.

 

Le grognement est souvent émis dans un contexte de menace. Il signale que le seuil de sensibilité du sujet est  atteint. Il doit être considéré comme une alerte dont il faut tenir compte. Le grognement survient également dans les jeux de combat. Dans ces conditions, les grognements sont modulés différemment. Ils ne sont jamais associés à des postures et mimiques de menace.

 

Chaque vocalisation a une signification particulière. Cela dépend de l’environnement, du contexte, des déclencheurs présents… Elles peuvent être intenses, fréquentes, longues, courtes… La communication acoustique est très codifié, ce qui permet à n’importe quel congénère de « comprendre » l’émetteur du message.

 

Dans la relation au quotidien avec son animal, la communication acoustique entre le maître et son chien joue un rôle essentiel au sein de la cellule familiale.

 

Parmi les éléments verbaux de l’être humain, seule notre intonation éveille l’intérêt du chien.

 

Notre intonation s’exprime par notre voix (douce, forte, rapide, lente…).

Elle se manifeste également par notre état émotionnel. Lorsque nous parlons, nous modulons les sons, nous les cadençons, en fonction de notre langage et de notre accent.

 

Compte tenu de notre message verbal articulé, notre intonation nous trahit très souvent car le chien la décode bien. Lorsque le maître donne un ordre à son chien, il doit adapter l’intonation à l’ordre. Pour les ordres (assis, couché, au pied) par exemple, les tons, le rythme doivent être déterminés. Mais attention, l’intonation doit être adaptée à la sensibilité du chien.

 

Chez l’Homme comme chez l’Animal, la communication  acoustique traduit l’état émotionnel de l’individu (peur, inquiétude, doute, confiance, joie, menace, anxiété…).

 

L’initiative de contact : Très souvent, par ses différentes vocalisations, le chien veut initier le contact. Si le maître accepte la sollicitation de son chien, il permet à son animal d’accéder à un nouveau statut social (être le leader du groupe), voir à développer de l’hyper attachement ou une anxiété de séparation.

L’initiative de contact manifesté du chien par les aboiements et qui est suivie d’une réponse favorable du maître est l’aboutissement d’un comportement de dominance du chien. Ce contexte est susceptible d’aboutir à des dérives graves comme l’agression par exemple.

 

L’aboiement, les hurlements… intempestifs sont des comportements associés à la solitude de l’animal.

 

Ils sont symptomatiques d’une anxiété dont l’origine est la co-dépendance, état parfois « fusionnel » de l’homme à son animal et réciproquement.

 

Ils s’inscrivent majoritairement dans une méconnaissance du développement du chien et du principe de détachement présent dans toute relation. Des traumas, des frustrations humaines sont également à l’origine de ces manifestations indésirables.

 

Les causes d’un comportement indésirable sont multiples. Il convient d’en écarter toute origine pathologique. La bonne santé du chien doit être garantie par les maîtres (visite chez le vétérinaire) avant toute intervention de l’Etho-Psycho Comportementaliste®.

L’Etho-Psycho Comportementaliste® s’occupe de ce qui lui apparaît être l’essentiel, la RELATION DE CAUSE A EFFET. Notre attention et notre travail se portent sur la cause originaire des difficultés vécues.

 

Les effets indésirables n’ont plus de raison d’être dès lors que le rapport de causalité n’existe plus! Ils laissent la place à d’autres conséquences souhaitées et adaptées !

 

© Christian SALIN, Etho-Psycho Comportementaliste®
Spécialiste de la Relation de l’Homme à l’Animal et des Conduites Anthropomorphiques - Maître-Praticien en PNL >> Site Internet

 

 

Haut de page haut de page